Description

Les cabinets KOP mettent à votre service une équipe de Masseurs-Kinésithérapeutes, d' Ostéopathes et de Posturologues.

Nous sommes issus d'un cursus pluridisciplinaire.
Formés en thérapie manuelle, kinésithérapie du sport, périnéologie, rééducation abdominale et kinésithérapie respiratoire pédiatrique.

Notre service d’urgence respiratoire pédiatrique propose un système de soins efficient pour le traitement en urgence des nourrissons atteints de pathologies respiratoires sécrétantes, type bronchiolite.

Techniques utilisées: dry needling, crochetage, ventouses, ondes de choc, pressothérapie...

NOUS RETROUVER

Cabinet KOP Rosny
7 rue du 4ème zouave 93110 Rosny-sous-bois
01.45.28.14.73

Cabinet KOP Castelnau

350 rue Henri Dunant 34170 Castelnau-le-Lez

04.99.62.23.28

info@kine-osteo-posturo.com

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram

Contact

DRY NEEDLING

Le « Dry needling » ou « Puncture kinésithérapique par aiguille sèche » vient s’ajouter aux compétences des praticiens qui ont décidé de s’y former…

Qu’est ce que le « Dry needling » ? 

Bien que cette technique soit officiellement autorisée en France depuis peu, elle est pratiquée dans le monde depuis plus d’une dizaine d’années, notamment en Suisse, en Australie, ou aux Etats-Unis. 

Comme son nom l’indique, cette technique utilise une aiguille d’acupuncture stérile (donc, sans aucun produit), pour aller directement dans le « Trigger point actif» d’un muscle. 

Un point trigger actif, ou « point gâchette » est une tension musculaire qui engendre des douleurs irradiantes, ou « douleurs projetées », une douleur qui est ressentie à distance de l'endroit ou elle prend naissance. On parle de « syndrome myofacial ».

Ces points gâchette , ou « contractures » dans le langage courant, peuvent être présents dans n’importe quel muscle du corps, et créer des douleurs très invalidantes, qui peuvent être comparées à des douleurs projetées de type « sciatique », « tendinite » ; ou que l’on peut aussi trouver dans les fibromyalgies. La douleur peut être lancinante, ou vive, comme une crampe, provoquant une inflammation très locale, voire même peut être, une restriction d’amplitudes de mouvements, une raideur. 

Les douleurs projetées des Trigger point peuvent aussi être responsables de migraines, lorsque ce sont les muscles de la région cervicale qui sont incriminés.

Alors comment agit réellement cette aiguille ? 

La question à laquelle il faudrait d’abord répondre est, pourquoi une tension musculaire, une « contracture » se forme-t-elle ?

En fait, il a localement un manque d’afflux sanguin, qui empêche le muscle de se décontracter. En effet, c’est dans le sang que le muscle va trouver l’énergie nécessaire à sa décontraction. 

Un point Trigger se forme à cause de ce manque de sang, pouvant créer un syndrome inflammatoire local et un cercle vicieux de la douleur se forme.

L’aiguille va venir au centre de cette contracture, provoquant un « twitch », ou autrement dit une « secousse musculaire », rétablissant localement l’afflux sanguin. Le muscle est alors beaucoup plus détendu, la douleur s’estompe, les amplitudes s’améliorent.

La valeur ajoutée du « Dry needling »

Dans la pratique, cette technique montre beaucoup d’avantages : 

-      rapide et directe : l’aiguille permet d’aller directement à l’endroit douloureux, qu’il soit profond ou non.

-      Le nombre de séances est bien plus restreint pour le traitement d’une même pathologie que lorsqu’on utilise d’autres techniques de kinésithérapie (comme le massage, les étirements, etc.)

-      Une séance de « Dry needling » demande un bilan préalable juste et précis afin de pouvoir piquer la zone du muscle responsable de la douleur, mais l’acte en lui même ne dure que quelques minutes, ce qui est plus confortable pour le patient. 

-      Il existe une soixantaine de muscles décrits à la puncture en « dry needling »

-      Attention tout de même, le praticien doit être formé spécifiquement à cette technique et l’acte doit être pratiqué dans des conditions propres et sans danger. 

 

Dans tous les cas, demandez à votre thérapeute en Dry needling si vous êtes éligible à ce traitement. Lui seul, pourra établir le bilan de votre douleur, et choisira ou non cette technique, si elle est adaptée à vos symptômes, et si vous ne présentez pas de contre-indications. 

Suite à une séance de Dry needling

Après la séance, le patient peut ressentir des courbatures durant 24 à 72h sur la zone puncturée, mais la douleur de départ doit être améliorée dés la première ou la deuxième séance de Dry needling. Si ce n’est pas le cas, c’est soit que la méthode n’est pas adaptée au patient, soit que le diagnostic du muscle incriminé est faux.  

 

Ne pas confondre Dry needling et Acupuncture

Attention à ne pas faire d’amalgame entre ces deux techniques qui n’ont en commun que l’aiguille sèche. 

En effet, l’acupuncture n’a absolument rien à voir avec le Dry needling, pour la bonne raison que l’acupuncture va utiliser les points énergétiques des méridiens, dont le choix se fera en fonction d’un bilan énergétique du patient. C’est la combinaison de plusieurs points d’acupuncture choisis par le thérapeute, qui traitera les symptômes et le terrain de la personne en fonction de sa demande. 

Le « dry needling » agit, quant à lui, sur une douleur irradiante donnée, déclenchée par un Trigger Point actif. 

 

Le Dry needling pour qui ?

Le Dry needling est approprié à toute personne présentant des douleurs irradiantes provoquées par un point trigger actif. Les modalités d’activation de ces Points Trigger peuvent être dues à différents facteurs :

-      Des mouvements répétitifs

-      La sur-sollicitation des muscles chez les sportifs

-      Un traumatisme (coup du lapin, choc, chute, accident…)

-      Une mauvaise posture 

-      Des maladies rhumatismales

-      Des troubles circulatoires (mauvaise oxygénation des tissus, créant une ischémie locale)

-      Le stress ou les contrariétés de la vie

-      L’accumulation de toxines

-      Des carences alimentaires (vitamines et mineraux..)

-      Une mauvaise hygiène de vie (tabac, alcool, alimentation trop riche en graisses…)

-      Etc…

 

Autrement dit, cela peut se présenter chez à peu prés tout le monde dans une vie. 

Il s’agira dans un premier temps, de désactiver le point Trigger responsable de la douleur grâce au Dry needling ; puis d’agir sur les facteurs favorisant leur apparition afin d’éviter les rechutes.